Une étude sur l'usage des réseaux soc...
Accueil  »  Blog     »  Une étude sur l'usag...
août
5
Community Manager
Une étude sur l’usage des réseaux sociaux en bibliothèque
Réseau collaboratif d'entreprise
0
, , , , , , , , , , , ,

Social media buttons

En juin 2014, une étude comparative a été publiée sur les « Réseaux sociaux en bibliothèque de lecture publique » par la bibliothèque Canopée, qui prévoit d’ouvrir en 2015 dans le premier arrondissement à Paris. La raison? La bibliothèque souhaite assurer une forte présence sur les réseaux sociaux qui sont désormais des outils incontournables pour « les bibliothèques d’une certaine taille ». Cette étude et la mise en application de l’usage de réseaux sociaux ont donc pour but d’atteindre un vaste public d’usagers, d’établir un lien jusqu’aux ressources et partenaires, de favoriser l’implication de l’usager, et d’aider la bibliothèque à s’inscrire dans la vie du quartier.

Reprenant la même forme qu’une étude réalisée en 2013, la nouveauté survient cette fois-ci avec la considération d’une large gamme de plateformes afin d’analyser le succès ou échec de certains selon des critères spécifiques, repris dans un tableau détaillé, ponctués de commentaires. 

Ces critères de classement prennent en compte:
- Le public: les utilisateurs et les usages (cible, type de contenu, évolution…)
- Les usages par la bibliothèque (page institutionnelle, offre de médiation, participation, identité de la bibliothèque, modalités de production, statistiques…)
- L’interaction entre les publics et la bibliothèque (conditions d’utilisation, image publique, support, propriété des donnés)
- Eléments manquant des réseaux sociaux analysés
Cette analyse sur 50 réseaux sociaux est classée par type. Ainsi, se développent des listes comme:
- Les « Facebook » (Facebook, Google+, Friendster, Tagged, Bebo, Netlog, Skyrock, Hi5, Peuplade (Paris)
- Les « Twitter » (Twitter, Identi.ca, Path, Reddit, Pheed)
- Le partage de l’image, photo et vidéo (Instagram, Flickr, YouTube, DailyMotion, Vimeo, Vine, Snapchat, Flipagram)
- L’épinglage (Pinterest, Tumblr, Who Art You, Pearltrees)
- La musique (Myspace, Spotify, Deezer, Grooveshark, Soundcloud, Mupiz, Music me)
- La littérature (Babelio, Sens critique, We love words, Riffle, Libfly)
- Les agrégateurs (Diigo, Delicio.us, Netvibes, Hellocoton, Symbaloo, Scoop.it, Flipboard)

- Les inclassables (Slideshare, Issuu, Glowbl, Foursquare, Paris.onvasortir.com)

Si la démarche d’une telle étude comparative est louable, de par l’importance croissante des réseaux sociaux dans tous les domaines, la considération de certains types de réseaux sociaux dans le classement global semble inappropriée, et il faudrait davantage se référer au classement par types de réseaux sociaux qui est également proposé dans l’étude. Le classement global semble peu fiable, puisque des points sont obtenus par certains réseaux lorsqu’ils ne prônent pas l’utilisation de la publication, par exemple. Toutefois, le reach (capacité à atteindre l’utilisateur) est pris en compte dans l’analyse, et ainsi Facebook perd des points puisque le reach tourne autour des 10% (il faut donc payer et produire des contenus de qualité afin d’être visible sur le fil d’actualité d’un utilisateur qui verra plus de publications s’il visite souvent la page d’un ami/ d’une institution). Cette analyse trop générale donne donc lieu à un classement surprenant; ainsi, Soundcloud arrive en première position avec une note de 25/30, alors que le réseau est particulièrement destiné aux musiciens et professionnels de la musique. Google + arrive en seconde position, alors que le réseau est en retrait, avec un taux de participation qui reste bas. En, troisième position arrive Pheed, une plateforme réservée aux jeunes et amateurs de nouveautés numériques, tandis que Twitter n’arrive qu’en cinquième position, avec une note de 18/30 et Facebook en dixième position avec une note de 15/30. Ce classement ne se base pas nécessairement sur le type de contenu qui sera publié par les bibliothèques, mais sur un ensemble de critères qui ne coïncident pas avec le nombre d’utilisateurs. Il faut le rappeler, Facebook compte désormais 1,32 milliard d’utilisateurs mensuellement (cet élément n’est pas précisé dans l’étude), Twitter compte 271 millions utilisateurs et Google +, 359 millions d’utilisateurs (source: www.blogdumoderateur.com), ces trois réseaux étant bien loin devant les 188 millions d’utilisateurs de Soundcloud, qui n’est pas destiné à un large public. Cette étude est toutefois intéressante pour considérer l’ensemble des réseaux sociaux, alors que les bibliothèques ailleurs dans le monde sont déjà installées sur les réseaux sociaux classiques. 

Reseaux sociaux en bibliotheque publique



Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>